publié le jeudi 08 janvier 2009

Bonne année 2009!

Voilà une grande décision que je prends avant même les bonnes résolutions de la nouvelle année : écrire une lettre, groupée certes, mais travaillée et pleine de bonnes intentions, histoire de vous donner quelques nouvelles, et n’en attendant pas moins en retour. Bon j’avoue, c’est peut-être aussi parce que j’aurais eu peu de choses à dire les années précédentes (il faut attendre une certaine maturité avant de prendre une telle décision), notamment en ce qui concerne ma vie professionnelle. Eh oui, après mes deux années supdepubiennes (à Sup de Pub, pour les non-initiés) moyennement éprouvantes, je dois l’avouer, j’ai décidé de me lancer dans le journalisme. Avant de pousser des « Ah » et des « Oh », je tiens à vous prévenir que je reste une fille qui a sa dose d’artifices, et que c’est à la presse féminine que j’ai décidé de m’attaquer. Sauf qu’à moins de piston et accessoirement, d’avoir fait une école de journalisme, trouver un stage dans les rédactions relève presque du miracle. Du coup, pour cette fois, je suis allée rédiger les 4èmes de couvertures d’un éditeur en ligne sur Paris. Du moins, c’est ce que je croyais, au début...

Ma mission s’est vite avérée plus que polyvalente et l’on peut dire qu’avec une patronne comme la mienne, travailler dans le calme était mission impossible. J’ai changé trois fois de poste en 5 mois (pour mes compétences, et pas l’inverse), et suis devenue, à la fin de mon stage, la plus ancienne et par conséquent celle qui détenait le savoir de tout le fonctionnement (ou presque) de la boîte. Grosse responsabilité donc, surtout pour une stagiaire (en même temps, c’est à ça qu’ils carburent), et un stress souvent horripilant pour mon homme, notamment quand je rentrais le soir et déversait mon fiel sans qu’il puisse m’arrêter. A la fin, j’avais réussi à me détacher un peu de tout ça, mais surtout j’ai pu y mettre un terme 15 jours avant la date prévue (victoire!) lorsque j’ai été embauchée pour écrire un guide touristique sur le Calvados.

Au départ, j’avais postulé pour Caen. OK, c’était ma ville natale, mais je n’y avais vécu que deux ans (en prépa), et vu mon jeune âge et mon CV où la culture prend plus de place que le reste, les recruteurs me trouvaient plus adaptée à la version départementale, davantage touristique. Seul problème : la voiture. Et oui, pour se déplacer dans le Calvados, il m’en fallait une ! J’aurais donc décliné l’offre (je n’allais pas m’en acheter une juste pour quelques mois) si Amore mio ne m’avait pas poussée jusqu’au bout de l’une de mes hypothétiques solutions que je n’estimais pas envisageable : emprunter celle de ma Grand-Mère, chez qui j’allais loger. Adorable comme elle est, elle m’a dit qu’on s’arrangerait, et de fait, c’est ce qu’on a fait puisque voilà trois mois qu’un jour sur deux, je me rends dans une bourgade plus ou moinsreculée du Calvados (faut pas déconner, y a pas que des trous “pommés”), pour y tester restaurants, musées, promenades, boutiques et j’en passe. Le lendemain, je me mets à mon ordi et j’écris (comme Carrie Bradshaw, sur mon Mac) une bonne partie de la journée. J'aime vraiment ça, même si je suis très mal payée, et la transition vers le journalisme est nettement plus évidente qu’avec mon stage précédent.

Voilà où j’en suis côté professionnel. Je dois quand même continuer de chercher du boulot pour dans un mois, quand j’aurai terminé, donc je n’ai pas vraiment de domicile fixe en ce moment. En fait, j’oscille entre Caen, notre chez nous à Paris, chez mes beaux-parents à Rouen et chez mes parents à Amboise. J’avoue que j’en ai un peu ma claque même si on a l’impression d’être plus libres. Sinon, je ne vous annonce pas encore mon mariage, de toute façon il y en a un qui n’est pas près de se décider. Je vais peut-être commencer à dessiner ma robe, on verra bien le temps que ça prendra…

Je terminerai comme vous vous y attendiez tous, en vous souhaitant une merveilleuse année 2009 (que celui qui en souhaite une pourrie lève le doigt). Je développe : je vous souhaite plein de surprises, d’avoir le cœur à la générosité (ça fait toujours du bien, aux autres et à soi), de l’ambition, d’être heureux pour un rien, de rêver, de grandir (pour ceux/celles qui se trouvent trop petits), de trouver l’amour (pour ceux/celles qui n’attendent que ça), de vous amuser (pour ceux/celles qui travaillent sans arrêt), et, surtout, pensez à moi (moi je pense bien à vous, alors)!!!

 


 
 
publié le lundi 13 octobre 2008

Ma ville

 

 

Caen, sa prairie, son hippodrome, ses jardins fleuris…

 

 

Vivante, aux paysages variés, bénéficiant à la fois de l’air du grand large et de celui de la forêt… Et puis, son côté urbain, suffisamment important pour occuper les plus citadins de ses occupants… C’est dans les entrailles de cette ville que se rencontrent, de façon tout à fait anachronique, les styles architecturaux : les reconstructions d’après-guerre côtoient le château de Guillaume Le Conquérant, sa célèbre abbaye aux Hommes et l’abbaye aux Dames, ainsi que quelques vieux quartiers, comme le Vaugueux, pleins de charme. Ville universitaire et touristique, Caen s’est inscrite dans l’histoire, et n’a cessé de s’épanouir sur les deux rives de l’Orne.

 

N.B. Ma description de Caen est volontairement très “publicitaire”, comme aiment à le faire certains guides touristiques, et comme j’aime moi-même à le faire, fière que je suis de ma ville natale et de mes origines normandes.

 


 
 
publié le lundi 13 octobre 2008

La Maison d'Italie

 

 

Le plus surprenant, quand on porte un nom pareil, c’est de proposer du camembert sur la carte des fromages… et de concevoir une pizza « quattro formaggi » à base d’emmental et de chèvre ! Lorsque enfin le gorgonzola est à l’honneur chez les penne, c’est la crème qui joue les trouble-fête. Vous pouvez toujours éviter ces problèmes fromagers en commandant autre chose, le choix des plats étant, au demeurant, très large. Quant à l’endroit, plutôt calme (dans une ruelle piétonne, en plein centre-ville), il possède de grandes salles à l’étage, pratiques pour les groupes, ainsi qu’une terrasse couverte. Le décor n’est pas sans rappeler un certain bistro romain, agrémenté d’un Eros Ramazzotti qui tourne en boucle dans vos oreilles. Côté service, l’accent italien semble avoir déserté les rangs !

 

 


Gentilles remarques

 

1. bakazeiko_  le 13-05-2009 à 01:14:56  (site)

C'est du naturalisme!O_o
mmh...je vois de là les odeurs et l'architecture!

 
 
 
publié le lundi 13 octobre 2008

Troubles de voisinage

 

 

 

Bonjour,

 

 

Je tenais à vous signaler que les toilettes que vous avez pris l'habitude d'utiliser sont privées. Autrement dit, elles ne sont pas à votre disposition, d'autant que vous pourrez en trouver, des publiques cette fois, à la porte juste à côté.

Je sais pourquoi vous préférez les miennes: elles sont propres. Mais à force d'être fréquentées par des inconnus sans gêne comme vous, elles ne vont pas le rester longtemps. Je vous informe donc que, si vous voulez y entrer pour les nettoyer, aucun souci! Mais pour les utiliser, adressez-vous à quelqu'un d'autre!

 

Autre chose: je ne sais pas où vous avez été éduqué, mais piquer les posters des autres, c'est mal. Ainsi, si vous pouviez me restituer celui que vous avez sauvagement arraché, je vous en serai gré. Je ne souhaite pas en arriver à la pose d'un panneau métallique sur ma porte avec le mot "PRIVE" écrit en gras, je trouve que cela fait too much pour des W.C d'appartement.

 

Aussi, bien qu'en ce moment j'ai plutôt envie de vous hurler dessus pour votre impolitesse et votre malpropreté, je saurai garder mon calme si vous arrêtez là votre affront. Car je vis cela comme un affront et j'ai envie d'y répondre en vous disant: gros con. 

 


 
 
publié le lundi 13 octobre 2008

Horoscope

 

Bélier

 

Aujourd'hui sera un jour faste pour les natifs du début du mois. Votre entourage sera à vos pieds, prêt à vous lécher les orteils. Profitez-en pour vous prélasser pendant que vous le mettrez à contribution. 

Pour les autres, vous faites partie de cet entourage et c'est la dépression assurée: le temps ne vous convient pas, votre travail ne vous convient pas, sans parler de votre conjoint. N'essayez pas de vous ressaisir, tout est perdu d'avance. Demain sera un jour meilleur...

 

 

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article